Le

Spleen

De

Zarathoustra

 
Angoisse
Infographie © Thierry Deschamps

Jean Dornac


 
 

Angoisse



Comme une garce
Tu t’empares de mon être
Tu t’insinues, tu t’infiltres
Jusqu’au plus intime
Sans pitié ni égard
Jusqu’à l’étouffement

Etrange nuit de l’âme
Qui impose les ténèbres
Eloignant toute espérance
Tu es le bistouri
Qui scarifie le cœur
Par un féroce rituel

Ô combien de fois
Tu t’es imposée
Quel que soit ton alibi
En intruse malvenue
Déposant ton venin
Tel un scorpion noir

Tu ronges mes entrailles
Et tu glaces mon sang
Faisant de ma vie
Un effrayant cauchemar
Allant du vide sidéral
Au trop-plein de frayeur

Tu n’es que laideur
Qu’ennemie de la vie
Troubadour du malheur
Trompeuse maladie
Menteuse trop habile
Harpie grimaçante

Il suffit pourtant
D’un simple « je t’aime »
Pour que la lumière explose
Et que tu perdes ton pouvoir
Tu n’es plus, alors, que souvenir
D’un égrégore nuisible


~~*~~

 
 
© Jean Dornac - Paris, le 15 octobre 2010
 
Invités
Autres poèmes :
"Invités"

Poème précédent :

L'étang et le ruisseau


Poème suivant :

Si tu n'en peux plus

Retour au sommaire
Retour au :
"Sommaire"