Le

Spleen

De

Zarathoustra

 
Communication
Infographie © Thierry Deschamps

Thierry Pontic


 
 

Communication


Dans ce monde moderne, où les moyens de communication nouveaux n'ont jamais été aussi performants et nombreux, et où il est devenu courant d'être en contact avec le reste de la planète, les gens ont pourtant de plus en plus de difficultés à communiquer entre eux. Peu d'entre nous trouvent encore intéressant de s'occuper de nos entourages immédiats que sont nos voisins, nos amis et nos familles.

Penser par soi même et non pour soi même doit pourtant redevenir un réflexe premier, car l'égoïsme est un poison qui trop souvent nous tue, et l'altruisme une qualité trop souvent perdue. Vivre avec son temps ne doit pas nous conduire à minimiser la place des rapports humains dans la construction de nos lendemains. Cela doit nous amener, tout naturellement, à privilégier le monde réel à celui, virtuel, que l'on nous propose trop souvent actuellement.

Pourquoi éprouver le besoin d'aller chercher ailleurs tout ce que l'on a déjà à portée de mains ? Echanger avec le monde lointain est-il judicieux si l'on est incapable, ici, de sourire à son propre voisin ? Il est temps aujourd'hui de réapprendre à se parler, à s'écouter et à s'aider, pour dès demain ressentir le désir de s'aimer.

Nos différences ne sont rien pour peu que l'on prenne le soin de respecter l'autre, comme nous aimerions qu'il nous respecte.
Ne pas avoir peur de l'étranger, ne pas craindre l'inconnu, découvrir sans préjugé ni a priori, ces gens qui nous entourent.

L'amitié est un don de soi que l'on offre aux autres. Elle est une force incroyablement vivace et résistante aux agressions de la vie, mais aussi un sentiment humain, donc fragile. L'amitié se cultive, jours après jours et épreuves après épreuves, mais se doit d'être réciproquement nourrie, car jamais rien n'est acquis. L'amitié, comme l'amour, se construit à deux, et l'on ne dit jamais assez à l'autre combien on l'aime. Apprendre à nouveau à dire l'essentiel, en remettant à plus tard tout ce qui est superficiel.

On choisit ses amis mais pas sa famille. Certes. Mais qui peut véritablement remplacer un père ou une mère ? Il est tellement facile lorsque l'on est enfant puis adolescent de dénigrer les choix et les décisions de ses parents. Toutefois, cela ne doit jamais nous faire oublier que quoi qu'il advienne, dans la vie des uns et des autres, nous sommes tous le fruit des amours d'un homme et d'une femme, et que quoi que nous disions ou fassions, il existera toujours ce lien car c'est le même sang qui coule dans nos veines, et cette filiation est inscrite dans nos gènes.

Cessons, enfin, de nous déchirer en de vaines querelles pour concentrer tous nos efforts à faire le bonheur de nos proches. Ainsi réunis, car à nouveaux unis, nous pourrons mieux profiter de nos joies et de nos envies, et il nous sera beaucoup moins difficile de traverser les inévitables coups durs de la vie.


~~*~~

 
 
© Thierry Pontic
 
Invités
Autres poèmes :
"Invités"

Poème précédent :

Amour d'enfance


Poème suivant :

Témoin

Retour au sommaire
Retour au :
"Sommaire"