Le

Spleen

De

Zarathoustra

 
L'étang et le ruisseau
Infographie © Thierry Deschamps

Jean Dornac


 
 

L’étang et le ruisseau



Au début, est le ruisseau
Frêle ou puissant
Fier et gambadant
Il dévale les pentes
Comme un dieu en furie

Au fond de la vallée
Stagne l’étang
Trouble est son eau
Reflets grisaille et pauvreté
Semblant dormir ou mourir

Le ruisseau se moque de lui
Sûr qu’il deviendra rivière
Et finira fleuve
Se jetant impétueusement
Dans l’océan infini
Rêve de pouvoir

Mais, à son insu
L’eau de l’étang
Fini par s’infiltrer dans son cours
Se mélangeant
S’enrichissant de l’eau pure

Que serait le ruisseau
Sans l’apport de l’étang ?
Un filet d’eau insignifiant
Destiné à se perdre
Dans les terres arrides

Une part de l’étang
Un peu de son âme
S’évapore
Rejoint les nuages
Qu’il ensemence de sa beauté

La nature est belle
Qui ne se soucie pas
Des puissants
Et rend séduisant
Ce que d’aucuns méprisent


~~*~~

 
 
© Jean Dornac - Grasse, le 16 septembre 2010
 
Invités
Autres poèmes :
"Invités"

Poème précédent :

Le songe


Poème suivant :

Angoisse

Retour au sommaire
Retour au :
"Sommaire"