Le

Spleen

De

Zarathoustra

 
Solitude du fleuve en robe du dimanche
Infographie © Thierry Deschamps

Ode


 
 

Solitude du fleuve
en robe du dimanche



La marée haute
jette les poissons sur la grève
Je n’ai qu’à les cueillir
Les crustacés tout autant
J’ai de quoi me nourrir

Je ne suis pas pêcheur de perles
Elles sont dans le ciel
de l’Anse
en haut du chalet bleu
Perles de nuages blancs
Sur fond de ciel bleu

~*~

Pieds nus je vais sur la plage
Je laisse mes empreintes sur le sable mouillé
Pour retrouver mon chemin de retour
Il me faut faire vite
La grande marée les effacera

~*~

J’ai dessiné sur le sable
Des symboles
Des signes

La haute marée les emportera

~*~

J’ai oublié le temps
Il n’existe ici qu’à travers le flot des vagues
Qui m’hypnotise
Je me suis perdue au bout de l’anse
À rêver
À amasser des galets, des pierres
Aux formes intéressantes
Étonnantes

~*~

Et j'avance à la lisière du fleuve
Ne retrouve plus mon chemin
Mes empreintes ne sont plus là
Tout comme toi
Sauf ton empreinte
En moi

~*~

Où sont les mots tendres
que j’attends
que j’appelle

~*~

Je n’entends que la musique
du fleuve
La chaleur du soleil
réchauffe ma peau
Une main de ciel
tient la mienne
Le vent doux
sur mes joues
Ce sont mes encens

~*~

Et je retrouve mon chemin
Je rentre avec mes cueillettes
Seule, solitaire
Solitude de fleuve

~*~

Mais, voilà ma chance
elle est en robe du dimanche


~~*~~

 
 
© Ode - 28 juillet 2008
 
Invites
Autres poèmes :
"Invités"

Poème précédent :

À l'ombre de la fontaine


Poème suivant :

Beauté, temps, vie

Retour au sommaire
Retour au :
"Sommaire"