Le

Spleen

De

Zarathoustra

 
Un dimanche matin au fleuve
Infographie © Thierry Deschamps

Ode


 
 

Un dimanche matin au fleuve



Que sont ces jours passés
dans la lumière
tant de vœux embrassés
claire prière

De pleines souffrances terrassées
hâve ruisseau
en parfums brisés
en morceaux
Que sont les jours blessés
à mon âme, la lisière
de ses chants encastrés
pierre fière

Aux baisers enflammés
qui émeuvent
reviennent les phrasés
de mon fleuve

Mes nielles nacrés
tes lèvres fières
et nos sangs mêlés
fleuve de lumière
Plus d’échos froissés
mon âme entière
a pris tes amours osés
douce prière

Il est un baiser suave tendre délice
Il est un baiser qui fait morsure
Il est un baiser comme brûlure
Il est un baiser qui écorche l’âme
Où l’ombre nous dévore
Il est un baiser dernier
Celui de la mort


~~*~~

 
 
© Ode - 10 août 2008
 
Invites
Autres poèmes :
"Invités"

Poème précédent :

Regards à l'intérieur des brumes


Poème suivant :

À l'ombre de la fontaine

Retour au sommaire
Retour au :
"Sommaire"